Home | Kontakt | Contact | Les Amis du Château de a.s.b.l.

Vianden Castle

Willkommen - Bienvenue - Welcome

Histoire

Le fortin du Bas-Empire

Le fortin du Bas-Empire Periode 1 (IV - V siècle)

Periode 1 (IV –V siècle)
L'éperon rocheux qui surplombe la vallée de l'Our a connu une première occupation au Bas-Empire. La situation géographique ainsi que l'apport des fouilles archéologiques laissent présumer que cette fortification fut occupée, durant la deuxième moitie du lVe siècle et la première moitie du IVe siècle, par une garnison officielle de l'armée romaine à l'instar de bon nombre de castella de hauteur du pays de Trèves.
Les explorations archéologiques du sous-sol du château principal ont révèle des structures de cette fortification romaine. L'extrémité sud de 1'éperon était gardée par une tour carrée d'environ 10,50 m de côte. Deux courtines partaient des coins nord-est et ouest de la tour, en suivant la ligne de rupture des pentes. Hormis quelques trous de pieux, aucune trace de 1'amenagement intérieur de ce fortin n 'a été conservée.
Le versant Nord-Ouest du monticule était protége par une large fosse taille dans le schiste naturel.
Le fortin surplombant le passage de I'Our fait partie d'un ensemble de fortifications de hauteur destinées, surtout dans la deuxième moitie du IV, et la première moitie du Ve siècle, à la surveillance des voies de communication de I'arrière-pays de Trèves.
Vers le milieu du Ve siècle, le fortin fut en partie détruit par le feu.

retour

Le haut Moyen Age

Le haut Moyen Age Periode 2 (VIe - Xe siècle)

Periode 2 (VIe - Xe siècle)
Les récentes recherches archéologiques effectuées dans la basse-cour, située en contrebas de la chapelle castrale, ont permis de compléter nos connaissances sur 1'evolution architecturale de cet important château. Ces recherches étant encore en cours, nous nous limiterons, dans le cadre de cette contribution, a retracer une esquisse sommaire des installations du haut Moyen Age.

Les fouilles entreprises dans la basse-cour ont révélé de nombreuses structures taillées dans la roche naturelle. Des trous de poteaux, creuses dans le schiste du monticule sud-ouest, servaient à la fondation d'une palissade en bois. Une autre surprise archéologique fut la découverte d'un chemin creux permettant l'accès a pied par la pente sud-ouest. Le mobilier archéologique (tessons, etc.) récupère au cours des fouilles a permis d'attribuer ces structures au haut Moyen Âge, c'est-à-dire aux périodes mérovingienne et carolingienne. Les fouilles archéologiques indiquent que la tour de l'antique fortin romain était encore utilisée à cette époque. En contrebas de cette tour carrée, une fortification en bois fut ajoutée pour protéger un chemin d'accès à partir de la vallée de l'Our. Au stade actuel de notre connaissance des sites mérovingiens et carolingiens de cette région, il est difficile de risquer une interprétation concernant la fonction exacte de cette installation du haut Moyen Âge.
Les seules fortifications de cette époque mentionnées par les textes sont attribuées à la protection de grandes abbayes carolingiennes, aménagées dans le contexte des incursions normandes (Prüm et Echternach. La première fonction de cette fortification était essentiellement administrative; en effet, les textes du haut Moyen Age attestent que les taxes fluviales et terrestres faisaient partie intégrante du "système économique" (fiscus) des époques mérovingienne et carolingienne. Un emplacement propice a la perception de ces taxes était donc nécessaire.

retour

Le premier château fort du Moyen Age

Le premier château fort du Moyen Age Période 3 /vers l'an 1000)

Période 3 (vers l’an 1000)
L'élément principal du premier château fort médiéval consiste en un mur d'enceinte à plan ovale. Sur la pointe de 1'éperon, la tour antique était intégrée à ce dispositif de défense.
Du cote Nord-Est, une porte, avec un cadre en blocs de grés jaune et de grés bigarré, perçait 1'enceinte et donnait accès a la cour intérieure. Le fait que cette entrée soit située à une certaine hauteur dans la courtine atteste 1'existence d'une passerelle en bois ancrée dans le rocher.
Un bâtiment a plan trapézoïdal de type hall (aula) s'appuyait contre la courtine sud-ouest du château. L'essai de reconstitution de cette première installation médiévale, probablement érige aux alentours de 1'an mil, nous montre un château déjà dote des deux principales composantes des futures résidences princières, c'est-à-dire d'un hall (aula) et d'une chapelle (capella). Seule la tour d'habitation faisait encore défaut. Ainsi le château de Vianden des alentours de l’an mil n'était probablement pas encore la résidence permanente d'une famille noble, mais avait, comme au haut Moyen Age, une fonction essentiellement administrative.

retour

Le premier château résidentiel

Le premier château résidentiel Période 4 (vers 1100)

Période 4 (vers 1100)
C'est probablement sous le règne de Bertholphe "Comes de Vianne" que fut ajouté un donjon carre sur le côté nord de la fortification, dominant l'ancien fossé. Au même moment, l’aula subit d'importantes transformations. Le rez-de-chaussée de ce grand bâtiment comportait à cette époque une cuisine ainsi que des pièces d'habitation et des latrines.
Ces éléments nous permettent de conclure que le château de Vianden était utilisé, vers 1100, comme résidence permanente d'une famille aristocratique. Cette résidence des comtes de Vianden est dotée alors des trois bâtiments essentiels du château fort du Moyen Age, à savoir le palais (aula), la chapelle (capella), le donjon (camera).Dans l'ancienne partie basse de la fortification, un ensemble de bâtiments à fonctions diverses constituait une première basse-cour. L'ancien chemin d'accès fut intègre à un porche d'entrée avec un passage voûte. A la même époque, l'ancienne palissade de bois qui protégeait la basse-cour fut remplacée par une première enceinte en construction massive. Une détermination exacte des fonctions des bâtiments dégages dans le sous-sol de la basse-cour serait prématurée au stade actuel de la recherche.

retour

Le deuxième château résidentiel

Le deuxième château résidentiel Période 5 (Ire phase romane, vers 1150)

Période 5 (Ire phase romane, vers 1150)
Il est probable que c'est sous le règne du comte Fréderic I de Vianden, que le château principal ait subi de profondes modifications au niveau architectural. L'ancienne chapelle, installée clans la tour carré du Bas-Empire, fut remplacée par une chapelle monumentale a plan décagonal. Le sanctuaire castral était constitue de deux étages avec une communication centrale ainsi qu'un choeur oriente au sud-est.

Afin de rehausser la valeur représentative du palais, 1'etage supérieur fut dote de tous cotes de grandes baies a fenêtres jumelées Au cour du même programme de construction, l'ancien donjon fut remplace par une tour d'habitation a trois étages dont les restes subsistent dans la façade sud-ouest du château. Dans cette même façade sont conserves les piliers des arcades qui portaient les courtines à cette époque.
Pour gagner de l'espace, le nouveau chemin de ronde qui reliait tous les bâtiments du château était place sur des arcades extérieures.En ce qui concerne la basse-cour, les fouilles archéologiques en cours ne laissent entrevoir aucune transformation d'envergure.

retour

Le troisième château résidentiel

Le troisième château résidentiel Période 6 (la grande période romane, vers 1200)

Période 6 (la grande période romane, vers 1200)

Tout au début du XIIIe siècle, le château des comtes de Vianden allait subir une réorganisation architecturale de grande envergure. Dans une première phase de construction, un nouveau palais, de 10 x30 m, fut érige sur le cote nord-ouest de l'éperon. Au-dessus de l'ancien fossé du Bas-Empire, une cave monumentale était découpée dans le rocher. En même temps, l'étage supérieur de la chapelle fut adapte au style roman de cette époque.
Ces deux grands bâtiments - l'un à vocation profane et l'autre à vocation religieuse - furent relies par une galerie monumentale dont plusieurs baies trilobées sont encore conservées. Tous ces bâtiments représentatifs sont disposés en enfilade avec façades principales orientées au nord-est, c'est-à-dire vers 1'Empire. Les bâtiments d'habitation - qui ne sont conservés qu'en partie sont diriges vers le sud-ouest. La très riche architecture de transition entre le roman et le gothique confère à 1'ensemble architectural du château des Comtes de Vianden une allure de palais plutôt que de site défensif.
Peut-être à la même époque, ou quelques années plus tard, une tour à plan octogonal fut érige dans l'ancienne basse-cour à l'extrémité sud du rocher. Cette tour monumentale continuait l'enfilade des bâtiments représentatifs (palais, galerie, chapelle) du château supérieur.
Une porte d'entrée, dont la richesse de la décoration reflète l'importance du site, perçait le mur d'enceinte de la basse-cour. Un deuxième porche pour piétons (poterne), dont la face ornementée s'ouvrait vers la basse-cour, remplaçait l'ancien accès à pied à partir du bourg.Le maître d'ouvrage de cette dernière grande période romane fut certainement Fréderic III, vassal assidu de l'Empire, c'est-à-dire des Gibelins.

retour

La phase gothique

La phase gothique période 7 (vers 1250)

Période 7 (vers 1250)
Conformément à l'esprit de 1'époque, le château de Vianden fut transformé intégralement en style gothique vers le milieu du XIIIe siècle. Tous les bâtiments représentatifs « Grand Palais », galerie monumentale, chapelle castrale, furent dotes de hauts pignons gothiques en forme d'escalier.

La tour d'habitation fut agrandie et un quartier d'habitation supplémentaire, le « Vieux Juliers », fut ajoute au coin nord-ouest du «Grand Palais ». Cet ensemble de bâtiments fut également coiffe de hautes toitures gothiques. A la même époque, deux tours étaient ajoutées aux angles du bastion nord-ouest. C'est à ce moment que le château de Vianden acquit la silhouette caractéristique qu'il à gardée jusqu'au siècle dernier. Au cours de ce même programme de transformation, tous les plafonds des bâtiments représentatifs furent dotes de voûtes en ogives.Les remparts de la basse-cour furent prolongés du coté sud-ouest pour mieux garder l'accès au château. Ces bâtiments grandioses représentaient le pouvoir des comtes de Vianden vis-à-vis de leurs sujets. Mais ils attestaient aussi l'ambition des comtes par rapport aux Grands de l'Empire et surtout par rapport aux comtes de Luxembourg, leurs rivaux directs. Ces grands travaux de transformation furent réalises sous le règne de Henri I', comte de Vianden et de Namur.

retour

Le déclin

Le déclin Période 8

Periode 8
Une gravure éditée par Mathias Merian nous montre le château de Vianden peu avant 1620 (. A ce moment, près de trois siècles se sont écoules depuis la dernière grande période de construction, qui avait marque l'apogée politique des Comtes de Vianden et le début des Temps Modernes.
A la fin du XIIIe siècle, la Maison de Vianden tombe sous la suzeraineté des comtes de Luxembourg et perd rapidement toute son importance. Apres la mort, en 1417, de la comtesse Marie de Sponheim et de Vianden, dernière descendante de la lignée de Vianden, le comté (avec le château) devint la propriété par héritage de la branche ottonienne des Orange-Nassau.

Avec 1'extinction de la lignée de Vianden, l'architecture du château perdit sa fonction représentative et la plupart des éléments d'apparat furent transformes en de grandes structures de stockage (début XVe siècle).
Lorsque furent construits, au cours de la première moitie du XVII' siècle, deux nouveaux quartiers d'habitation pour les intendants (baillis) au centre du château Vianden avait depuis longtemps perdu son rayonnement politique. Durant la longue période de démantèlement de cette ancienne résidence princière, toutes les constructions médiévales de la basse-cour furent rasées et remplacées par de nouvelles constructions agricoles et artisanales (écuries, ferronneries, brasserie, logements de gardiens).Le château perdit les dernières traces de son prestige en août 1820, quand le bourgeois Wenceslas Coster de Vianden devint propriétaire par adjudication publique du domaine. Apres l'acquisition du château, le nouveau maître des lieux entama aussitôt le démantèlement et la vente des matériaux (surtout les poutres des toitures et des greniers, ainsi que le plomb et le cuivre des gouttières).

© John Zimmer
Rédaction / Dessins: John Zimmer
Musée National d'Histoire et d'Art, Luxembourg
Service des Sites et Monuments nationaux, Luxembourg

Merian 1643